Si jouer ne devrait être qu’un simple loisir, certaines personnes peuvent facilement devenir « accros » en jouant trop régulièrement. L’addiction aux jeux est une maladie reconnue et il est possible de se soigner si l’on en souffre. Voici les éléments essentiels que vous devriez connaître sur l’addiction aux jeux d’argent, ses symptômes, ses conséquences et les solutions qui existent pour la combattre.


Qu'est-ce que l'addiction au jeu d’argent ?

Selon l’échelle internationale des maladies, l’addiction au jeu d’argent est classée parmi les troubles des habitudes et de l’impulsion qui dominent la vie d’une personne au détriment des obligations et des valeurs sociales et professionnelles qui lui incombent. L’addiction au jeu d’argent est donc une pathologie qui se caractérise par un besoin répété et croissant de jouer à des jeux de hasard et d’argent. Ce besoin entraîne des conséquences négatives évidentes dans la vie du joueur. On parle généralement de jeu pathologique lorsque deux épisodes de jeu compulsifs se produisent dans une année.

Comment et pourquoi devient-on « addict » aux jeux d’argent ?

Comme leur nom l’indique, les jeux d’argent permettent d’encaisser de l’argent à chaque victoire. Qu’ils l’admettent ou non, la majorité des individus qui y jouent ne le font donc pas uniquement pour le plaisir de jouer, mais souvent pour empocher toujours plus de cash. Les raisons qui les poussent à faire cela sont très variées. Certains sont là pour espérer régler des problèmes d’argent, d’autres pour du chasing (récupérer à tout prix l’argent perdu auparavant dans les jeux), pour fuir une dépression, ou encore pour trouver le succès à travers des gains spectaculaires. Les raisons sont multiples, c’est pourquoi il n’existe pas de cause précise à une addiction au jeu.

On peut dire cependant qu’il existe des catégories de jeux qui attirent beaucoup plus, comme le poker par exemple. Ce jeu a souri à beaucoup de joueurs professionnels et des joueurs veulent imiter après coup. Cependant, tout le monde n’est pas fait de la même étoffe et, pour certains, s’investir dans le poker ne se fait pas sans dommages.

On devient également facilement dépendant lorsque l’on commence à trouver trop de plaisir au côté aléatoire des jeux et aux récompenses qu’ils offrent. Par exemple, lorsque l’on a remporté une partie de poker en ayant doublé son tapis ou quand on a gagné par chance un jackpot sur une machine à sous. L’excitation du moment et l’euphorie du gain peut pousser à en vouloir toujours plus. Jouer deviendra alors une nécessité et le besoin de retourner à la table de jeu se fera de plus en plus présent. À noter que les personnes aux profils déjà fragiles (dépressifs, hyperactifs, etc.) ont plus de chance de devenir des joueurs pathologiques.

Comment reconnaît-on un joueur compulsif ?
  • Un joueur compulsif a souvent des idées erronées et irrationnelles. Il surestime ses chances de gains avec une mauvaise interprétation des probabilités et surtout, il ne sait pas s’arrêter lorsqu’il joue.
  • Il joue souvent jusqu’à épuisement de son capital. Il cherchera alors un moyen de se renflouer pour rejouer et tenter de récupérer ses pertes. Il va donc, dans le meilleur des cas, emprunter, voire voler.
  • Un joueur dépendant dépasse régulièrement ses limites financières et temporelles qu’il aura pourtant lui-même fixées. Il pense tout le temps au jeu et n’arrive pas à se concentrer sur autre chose.
  • Il s’ennuie quand il ne joue pas et devient facilement agressif ou agité quand il ne peut pas jouer. Arrivé à un stade avancé de l’addiction, un joueur pathologique est souvent conscient de son état. Il le cache souvent à son entourage pour éviter les jugements et les disputes qui s’ensuivent généralement. Il n’a d’ailleurs que peu d’intérêt pour son environnement et peut être amené à délaisser tout autre aspect de sa vie qui ne touche pas au jeu.
  • Un joueur pathologique va fuir ses problèmes en jouant. Le jeu lui remonte aisément le moral et il n’hésitera pas à sécher ses cours ou abandonner son travail pour aller jouer.
Qui sont les plus touchés par l’addiction au jeu d’argent ?

Dans la majorité des cas, ce sont surtout les hommes célibataires et les personnes ayant des problèmes sociaux ou économiques qui sont les plus vulnérables à l’addiction au jeu. Cette addiction commence souvent à l’adolescence, excepter chez les femmes, chez qui elle survient habituellement en milieu de vie.

Quelles sont les conséquences de l’addiction au jeu d’argent ?

Les conséquences de l’addiction au jeu d’argent sont variables et elles sont généralement graves. Le plus souvent, un individu souffrant de ludomanie, autre nom du jeu compulsif, a toujours un besoin croissant de jouer et espère toujours gagner. Ainsi, il va consacrer la majorité de son temps au jeu. Il va, de ce fait, vite s’isoler de son entourage et s’endetter petit à petit. La personne entre alors dans un cercle vicieux (endettement -> pertes au jeu -> endettement -> pertes, etc.) duquel elle n’arrivera pas à se sortir seule. Problème, son isolement et son agressivité vont entraîner des problèmes familiaux et sociaux avec des conséquences désastreuses (séparation, etc.). Se retrouvant donc le plus souvent seule, la personne se retrouvera de plus en plus coincée dans son cercle.

L’addiction au jeu d’argent pousse souvent à l’absentéisme, ce qui engendre des difficultés professionnelles pouvant conduire à la perte d’emploi. Une situation qui deviendra intenable au point de pousser vers d’autres addictions : alcoolisme, tabagisme ou toxicomanie.

Arrive le moment où le joueur pathologique ne peut plus emprunter pour financer ses jeux. Pour continuer à assouvir son addiction, il n’a alors d’autres choix que de se tourner vers des activités illégales comme le vol. Dans les cas extrêmes, l’addiction au jeu peut mener le joueur au suicide. Le manque, ses pertes aux jeux, ses dettes et tous ses autres problèmes peuvent l’entraîner vers le bas. Les experts classent d’ailleurs les conséquences d’une addiction au jeu au même niveau que celles résultant d’une addiction à la drogue, c’est-à-dire désastreuses.

Addiction aux jeux d’argent : comment y remédier ?

 

Trouvez de l’aide sur internet

Si vous voulez sortir de l’addiction au jeu dans l’anonymat, il existe des sites spécialisés comme http://www.joueurs-info-service.fr/ qui proposent de l’aide aux joueurs compulsifs. Ces sites proposent souvent des groupes de discussion où vous pourrez vous confier et échanger avec d’autres personnes ayant les mêmes problèmes que vous. Via les forums, vous pouvez également y demander conseil auprès d’un psychologue.

Écoutez les conseils de vos proches

La plupart du temps, nos proches remarquent immédiatement quand on change d’attitudes. Ne cachez pas votre état à vos proches et confiez-vous à eux. Ainsi, vous ne vous isolerez pas et ils pourront vous conseiller et vous appuyer moralement dans votre combat contre l’addiction. Ils seront également plus compréhensibles. Au lieu de vous tenir tête, certains abonderont dans votre sens en étant au fait de votre situation.

Évitez de jouer avec de l’argent qui est destiné pour autre chose

Lorsqu’on est dépendant au jeu, on a souvent tendance à utiliser l’argent qui est destiné à d’autres dépenses (pour payer les factures, le loyer ou faire les courses, etc.) pour jouer. Souvent, on se dit que l’on remboursera le tout une fois qu’on aura fait des gains et obtenu des bénéfices bien qu’il soit évident qu’on va perdre tout cet argent.

Le bon sens veut donc qu’il faut éviter de jouer cet argent, mais comment faire si on est joueur compulsif ? En le confiant à un proche de confiance jusqu’à ce que vous alliez mieux. Ainsi, vous ne dilapiderez pas l’argent nécessaire pour subvenir à vos besoins au quotidien dans le jeu.

Évitez de vous endetter

Lorsqu’on perd à un jeu de hasard, on a souvent tendance à emprunter pour rejouer et essayer de récupérer les pertes. Si c’était votre cas, ne le faites plus. C’est la meilleure façon d’éviter d’entrer dans un cercle vicieux d’où il est très difficile de sortir.


Pour conclure, l’addiction au jeu d’argent n’est pas une chose à prendre à la légère. Tout comme l’addiction à l’alcool ou la drogue, elle peut s’avérer très dévastatrice si on la laisse se développer. Heureusement, il existe des solutions à tous les niveaux. Quand l’addiction est détectée tôt, il est plus facile de s’en sortir, même tout seul. Mais si en revanche elle est déjà développée, il devient très difficile, voire impossible de résoudre le problème seul. N’hésitez donc pas à chercher de l’aide auprès des associations spécialisées pour vous en sortir.


Share This